Une piscine, peu importe son type, doit être filtrée. Une eau stagnante et non filtrée est un environnement idéal pour la prolifération de micro-organismes, algues …

En filtrant, on élimine au maximum les débris et saletés évitant ainsi la formation et le développement d’un biofilm. On complète évidemment la filtration par un traitement chimique désinfectant et/ou équilibrant. 

Afin que la filtration soit efficace, il faut choisir une pompe qui s’adapte aux caractéristiques et installation de votre piscine

Une pompe de filtration se dimensionne en fonction du volume de votre piscine, avant tout. On dit qu’une pompe est efficace quand elle traite toute l’eau de la piscine en 4 heures maximum. 

Le débit d’eau d’une pompe s’exprime en m³/h, ainsi, pour une piscine de 40m³, la pompe doit atteindre un débit de 10m³/h. La formule est donc : débit = volume/4. Cette règle seule n’est pas suffisante, car plusieurs éléments de l’installation peuvent influencer le fonctionnement de la pompe. 

La distance entre la piscine et la pompe peut entraîner des pertes de charge. 

La pression de l’eau est proportionnelle à la hauteur du réservoir d’alimentation des canalisations. 

Des pertes de pression peuvent êtres dues à des canalisations étroites ou aux formes complexes. 

Enfin, l’état du filtre influence également le débit d’eau : plus il est sale, plus le débit baisse.

Autres critères de choix d’une pompe 

Comme la pompe est en contact continu avec l’eau et les produits de traitement, il faut veiller à ce que ce soit compatible. Le traitement PHMB est, par exemple, déconseillé avec les pompes dont le couvercle du préfiltre est en polycarbonate. 

Le préfiltre limite l’encrassement du filtre et fait économiser l’eau, car il permet d’espacer les opérations de nettoyage et les backwashs.

Vous avez également le choix entre une pompe centrifuge ou auto-amorçante. Les pompes centrifuges sont compactes et de petite taille, ce qui facilite leur installation dans des locaux techniques étroits. Elles sont peu bruyantes et pas très chères. Elles sont, cependant, à réserver aux petites piscines car leur débit est globalement plus faible. 

On retrouve également des pompes à vitesse variable qui ont 3 avantages par rapport à une pompe classique. Elles sont plutôt silencieuses, elles sont économes en électricité et offrent une filtration ciblée. Elles nécessitent néanmoins un investissement de départ. 

Enfin, pour optimiser la pompe de filtration, est-ce qu’il vaut mieux la prendre plus puissante ou diminuer les pertes de charges ?

Il ne faut pas hésiter à réduire les pertes de charge dès la conception si possible, sinon, elles seront compensées par la pompe de filtration et ce, au détriment du débit d’eau. 

Prendre une pompe plus puissante est une fausse bonne idée, car même s’il est vrai que ça augmentera le débit d’eau et améliorera le renouvellement, l’eau sera amenée trop vite dans le filtre et dans les buses de refoulement. Alors que pour des raisons de sécurité, la force du jet ne doit pas dépasser 3m/s pour des buses de 20 mm de diamètre. 

 

N’hésitez pas à demander conseil à votre pisciniste. Il est le plus à même de vous conseiller en prenant en considération l’installation de votre piscine dans sa globalité. 

Large gamme de pompes de filtration dès 99€ sur PrimePiscine.